SLK-R171
Bonjour,

Ce forum a pour but de discuter et de s'entraider sur tout ce qui concerne le Roadster SLK-R171 de Mercedes.
Amis visiteurs, inutile de vous inscrire si ce n'est pour participer. Les rubriques sont en lecture libre et à ce stade seuls les dépôts de messages vous sont interdits.
Si vous voulez nous rejoindre, soyez les bienvenus !!! Avant tout autre message, une présentation vous est demandée et si vous l'agrémentez de photos ; nous en serons ravis. ;-)
Les comptes non suivis d'une présentation dans les 30j sont nettoyés régulièrement car nous ne cherchons pas ici à faire croire qu'il y a plus de monde que de vrais membres.

A bientôt peut-être... sur le forum puis peut-être lors d'une rencontre ;-)
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Aidez les, c’est gratuit !
 /></a><span class=
Derniers sujets
» Présentation
Aujourd'hui à 15:31 par serge

» Quel carburant ?
Aujourd'hui à 14:06 par michjul

» horloge, compte tour et compteur qui ne fonctionne plus
Hier à 23:51 par petitjoueur54

» SLK Catalane
Hier à 20:21 par Chris*

» CLK 55 AMG
Hier à 18:40 par gegedej

» Nouvelle SLK 200K dans le 31
Hier à 7:46 par rico

» Voyant SRS constamment allumé
Ven 14 Déc 2018 - 19:29 par Mikeb

» Philippe du Tarn et son petit SLK
Mer 12 Déc 2018 - 14:38 par PhilGA84

» Mercedes slk 200 k
Mar 11 Déc 2018 - 17:53 par ponpon81

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Calendrier Calendrier

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Les posteurs les plus actifs de la semaine
Chris*
 
Did66
 
gegedej
 
norbert
 
rico
 
lordantoine
 
ponpon81
 
msieudid
 
vin160
 
david_75
 

Les posteurs les plus actifs du mois
Chris*
 
Did66
 
gegedej
 
ponpon81
 
FZ26
 
vin160
 
ririmedoc
 
Milodu25
 
rico
 
Max8992
 


L'essence « verte », rivale de la fée électricité

Aller en bas

L'essence « verte », rivale de la fée électricité

Message  Chris* le Mar 17 Avr 2018 - 19:05

[*]Source : ICI
 

Les biocarburants remettent en question le dogme du « tout-électrique ». Et si la transition énergétique passait par le réservoir de nos voitures ?
©️ Charles Gilbert Marc Delcourt, fondateur de la société Global Bioenergies, remplit le réservoir d'une Audi avec son carburant «vert» pour quelques tours de piste sur le circuit de Montlhéry.
Un signal vient d'être envoyé par la société française Global Bioenergies. Elle a fait rouler il y a quelques jours une voiture alimentée à plus de 34 % par de l'essence issue de matières premières renouvelables. À la différence de l'éthanol, ce nouveau carburant «vert» ne nécessite aucuns réglages spécifiques du moteur de votre voiture. Il est notablement moins polluant que l'essence classique d'origine pétrolière (rejets de CO2 baissés de 20 %, diminution du nombre de particules). Il est fabriqué à partir d'une molécule (l'isobutène) pouvant être extraite du sucre industriel, de la paille, du bois résiduel, voire du gaz de synthèse. De quoi redonner espoir au moteur à explosion, encore largement majoritaire auprès des automobilistes.

Si les carburants renouvelables s'inscrivent dans la transition énergétique, ils offrent également une alternative de plus en plus crédible à cette mobilité «propre» trustée par le véhicule électrique. Pourtant, avec aujourd'hui à peine plus de 1 % du marché, ce dernier n'a pas décollé, et les projections de croissance ne sont guère optimistes. Ce manque d'intérêt pour un véhicule vanté comme vertueux vient de son coût élevé (malgré de généreuses subventions) et surtout de la difficulté à «faire le plein» rapidement.





• Analyse du cycle de vie

La voiture électrique est loin d'être aussi propre qu'elle ne le paraît. Certes, elle ne rejette aucune émission en roulant. Mais l'analyse de son cycle de vie dans sa totalité révèle quelques surprises. Car l'impact d'un véhicule sur l'environnement ne se limite pas en effet à sa seule utilisation, même si cet aspect est actuellement pris en compte par la législation. Il commence par sa fabrication, se poursuit avec la nature de la production de son carburant et sa consommation, pour se terminer avec son recyclage (cycle «du berceau à la tombe»).

L'examen des chiffres (notre ) montre que sa construction dégage une pollution identique au cumul de la fabrication et la production du carburant d'un véhicule classique (l'équivalent de 49 g de CO2). Le véhicule alimenté en essence, ou au gaz naturel, émet en se déplaçant certes plus de CO2 que son homologue électrique: 153 g contre 106 g sur 200.000 km.

Mais, là aussi, les choses sont à relativiser. La production de l'électricité est propre si elle est elle-même d'origine renouvelable. Elle l'est beaucoup moins si elle provient d'une centrale à charbon. C'est forcément le cas en Allemagne, qui a renoncé au nucléaire. La pollution est alors simplement déplacée. À grande échelle, le recyclage des véhicules électriques devra être pris très au sérieux afin de ne pas impacter l'environnement, comme c'est encore le cas aujourd'hui avec des montagnes d'ordinateurs souillant certains villages asiatiques. À cela s'ajoute une épée de Damoclès d'ordre financier. Si le véhicule électrique se diffuse plus largement, les opérateurs d'énergies seront tentés d'augmenter le tarif de l'électricité, ce qui leur sera facile avec une population d'automobilistes «captifs».





• Curseur fiscal

Les interrogations suscitées par le véhicule électrique ouvrent de nouvelles perspectives aux biocarburants. Leur utilisation est simple et n'exige aucune rupture technologique. Ils peuvent être produits quasiment avec tout ce qui pousse. On leur a toutefois reproché d'entrer en concurrence avec les cultures alimentaires. «Cette volonté de caricaturer le débat “nourriture contre pétrole” émane de certains industriels rabâchant l'idée de biocarburants affameurs de l'humanité», tranche Marc Delcourt, le directeur général et fondateur de Global Bioenergies. Cette objection n'est plus fondée avec les biocarburants de deuxième génération issus de déchets agricoles et forestiers. Une note optimiste pour les constructeurs, heureux d'échapper à un coûteux et improbable «tout-électrique». Marc Delcourt parie qu'en 2040 «la consommation totale de l'automobile pourrait être répartie en trois tiers entre les carburants fossiles (le pétrole), les biocarburants, et l'électricité». Dans une perspective plus lointaine, des biocarburants de troisième génération, fabriqués à partir de micro-organismes (micro-algues), sont également à l'étude dans les laboratoires.

Mais l'«essence verte», peu polluante, venant de nos plaines et de nos forêts, n'a pas encore gagné la partie. Il faudra beaucoup d'argent pour mettre en place les usines nécessaires à une production massive. Et face à un pétrole qui risque de rester assez bon marché, elle représentera un indéniable surcoût pour l'automobiliste. De combien? Peut-être de 20 % à 30 %, selon les premières estimations. Le déplacement du curseur fiscal vers le bas facilitera assurément la diffusion des biocarburants. Mais les pouvoirs publics accepteront-ils de remettre en question la manne que l'automobiliste leur procure? Et un avantage fiscal sera-t-il suffisant pour décider les conducteurs à remplir leur réservoir d'«essence verte»? Il faudra sans doute compter sur un peu de militantisme.



Hermann Pengg, chef du projet e-fuels chez Audi, fait preuve à ce sujet d'un certain optimisme. «Je suis persuadé que le consommateur est prêt à payer plus cher son essence s'il est convaincu que sa démarche est juste», estime-t-il. Et les performances d'un moteur alimenté par un carburant renouvelable sont comparables à celles d'un moteur propulsé par de l'essence d'origine fossile.

_________________
ClicAnimaux.com - Cliquer pour Donner
avatar
Chris*
Admin
Admin

Date d'inscription : 12/05/2013
Messages : 9264

Age : 108
Localisation : Le Nooord ! ... Bergues pas si loin...


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'essence « verte », rivale de la fée électricité

Message  JPM67 le Dim 17 Juin 2018 - 17:13

@Chris* a écrit:[*]


Hermann Pengg, chef du projet e-fuels chez Audi, fait preuve à ce sujet d'un certain optimisme. «Je suis persuadé que le consommateur est prêt à payer plus cher son essence s'il est convaincu que sa démarche est juste», estime-t-il.







[*]
Je suis intimement persuadé du contraire...
avatar
JPM67
Smart
Smart

Date d'inscription : 16/06/2018
Messages : 21

Localisation : Alsace


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'essence « verte », rivale de la fée électricité

Message  Benture le Lun 18 Juin 2018 - 9:00

Puis alors c'est marrant parce que moi aussi dis donc...

Il vit sur un nuage le M'sieur ? Ou alors touche t il plus de 20 000 € mensuel et ne sait pas ce que c'est que d'utiliser une auto comme simple transport et donc a chercher l'économie...

_________________
Benture
SLK 200K R171 de 2004
Marseille (13)
avatar
Benture
Classe SLK
Classe SLK

Date d'inscription : 28/05/2013
Messages : 237

Age : 30
Localisation : 13 Marseille


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'essence « verte », rivale de la fée électricité

Message  Did66 le Lun 18 Juin 2018 - 11:33

Encore un pote à Makrounet celui là
avatar
Did66
Classe B
Classe B

Date d'inscription : 05/10/2017
Messages : 95

Age : 62
Localisation : 66330


http://www.citron-collection.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'essence « verte », rivale de la fée électricité

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum